L'iconographie byzantine en quelques mots

 

L'écriture d'icône est un art unique et précis, chargé de tradition et de symbolisme. Ebauché dans le secret des catacombes romaines, puis magnifié par l'empire byzantin, cet art et sa symbolique nous viennent des premiers Chrétiens qui eux-mêmes furent influencés par les cultures de tout le pourtour méditerranéen, de la Palestine à la Grèce, de l'Italie aux pays du Proche Orient, et peut-être plus particulièrement par les peintures mortuaires des Egyptiens de la région du Fayoum. Aujourd’hui, c'est un art encore très vivant dans toute la chrétienté, et particulièrement chez les chrétiens d'Orient et les l'Églises Orthodoxes de Grèce et des pays de l'est.

Généralement, une icône est peinte sur un support de bois. La planche est dans un premier temps encollée d'une fine toile et enduite du traditionnelle "levka", mélange de colle de peau animale et d'une "charge" blanche. (Anciennement de la poudre d'albâtre ou de la craie aujourd’hui remplacé par le blanc de Meudon.) Une fois l'enduit poli à la perfection, l'iconographe trace son dessin et pose délicatement la feuille d'or véritable. Ce n'est qu'après qu'il commence la peinture. Les icônes sont traditionnellement peintes à tempéra, la peinture à l'œuf. Les pigments de couleur sont alors mélangés au jaune d'œuf et fluidifiés grâce à l'eau et au vinaigre de vin. Commence la longue mise en couleur où l'artiste dépose d'abord les teintes les plus foncées avant d'y apporter doucement et patiemment la lumière. Ainsi, des ténèbres jaillira la lumière.

L'art de l'icône est empli de symbole et de tradition qui font de l'icône une véritable théologie en image. Spirituellement, l'icône se veut être une image de l'invisible, une fenêtre sur le monde divin, un aperçu de la face de Dieu.

Durant mes études de restauration de tableaux et de copiste, j'ai eu la chance de rencontrer un moine maronite libanais, iconographe, qui m'a invité à découvrir son travail. Déjà passionné par l'iconographie et le symbolisme religieux, je saisis cette opportunité, et peu à peu durant deux années, j'ai été initié à l'art si particulier de l'icône byzantine. Par la suite, j'ai multiplié mes recherches et les rencontres artistiques avec différents iconographes, travaillant avec eux ou échangeant une correspondance pour approfondir mes connaissances.

En 2007, j'ai organisé ma première exposition en tant qu'iconographe. Depuis, j'expose régulièrement mon travail dans les galeries et paroisses intéressées. Des 2008, j'ai commencé à enseigner l'écriture d'icône, par cours réguliers, collectifs ou individuels, et par stages intensifs. J'ai aussi eu l'opportunité de donner des conférences sur la symbolique des couleurs dans l'iconographie byzantine, dans des cadres scolaires, ainsi que pour les Palmes académiques du 7e arrondissement parisien.

J'organise régulièrement des stages intensifs d'écriture d'icône à Paris et au Castellet. Je propose aussi des cours hebdomadaires à mon atelier du Castellet, le jeudi de 9h à 12h, et le vendredi de 9h à 12h.

 

Prochains stages à Paris: du mardi 29 octobre au samedi 2 novembre 2019, puis du mardi 25 au samedi 29 février 2020